Tendance management: Heureux incompétents!

Publié le par Pauline Tattevin

(Publié sur Lexpansion.com, le 31/05/2006)

Persuadé d'avoir du talent, l'incapable est du coup très sûr de lui. Un atout, hélas !, face aux recruteurs.

Les personnes incompétentes dans leur domaine professionnel sont toujours les dernières à le savoir. Ne doutant de rien, elles ne se rendent pas compte qu'elles sont contre-performantes.

Justin Kruger et David Dunning, psychologues à la Stern School of Business de New York, ont analysé ce « syndrome » dans une étude publiée par la Harvard Business Review. Ils ont soumis 45 participants à un test de compétence logique, leur ont fait analyser leurs performances, puis leurs résultats : les plus mauvais - ceux qui obtiennent 10 % de bonnes réponses - sont persuadés d'avoir réussi 60 % du test. Qui plus est, ils prétendent être capables d'obtenir 70 % de réponses correctes.

Pour Kruger et Dunning, ce manque de lucidité révèle une incapacité chronique à l'autoévaluation : c'est son incompétence - synonyme, par ailleurs, de mauvais résultats professionnels - qui empêche le participant d'analyser ses capacités et ses manques. Le plus inquiétant, c'est que ce cocktail d'incompétence et de confiance en soi constitue un moteur de réussite professionnelle.

Propulsé par la certitude d'être efficace, l'incompétent n'a paradoxalement aucun complexe à vanter ses atouts et à se mettre en avant. Or, entre deux candidats ayant le même CV, un recruteur choisira plutôt celui qui promet les meilleurs résultats. A contrario, les participants ayant obtenu 90 % de bonnes réponses au test de la Stern School sont trop modestes : ils estiment avoir réussi 70 % des épreuves. Dans la vie professionnelle, ils auront tendance à se sous-estimer, au point de manquer d'ambition dans leur carrière. Et au risque de laisser passer devant eux des incompétents toujours sûrs d'eux.

 

Publié dans Actu

Commenter cet article