Métamorphose Hors de prix pour Audrey Tautou

Publié le par Pauline Tattevin

Dans Hors de prix de Pierre Salvadori, aujourd’hui en salles, Audrey Tautou croque les milliardaires. L’occasion pour elle de se débarrasser pour de bon du « syndrome Amélie Poulain ».
Hôtels de luxe, machinations et talons aiguilles : Irène est calculatrice, séductrice, cupide, drôle aussi.

« Avec ce rôle, Audrey Tautou ne fait pas du tout Amélie Poulain! », commente avec enthousiasme Josiane, 50 ans, après l’avant–première du film, à Boulogne-Billancourt. « Elle est gracieuse et elle a beaucoup de charme. Elle est vraiment à la hauteur ! ».

Dans le film, Audrey Tautou croque les milliardaires pour les arnaquer. Pour donner la réplique à Gad Elmaleh, elle a troqué ses coupes de cheveux sages contre une longue crinière noire et des robes-fourreau signées Chanel.

« On n’attendait pas Audrey dans ce genre de rôle, un peu décalé, explique Pierre Salvadori, le réalisateur. Le choix d’Audrey pour ce personnage a quelque chose de surprenant pour le public. Je m’attendais à ce qu’elle soit bien, elle m’a épaté!»

 Plus d'étiquette possible

Respectée par les réalisateurs, aimée du grand public, Audrey Tautou ne renvoie pourtant pas l’image de star d’une Adjani. Pour Philippe Martin, producteur du film, « Audrey est vigoureuse, ambitieuse dans son travail. Elle n’est pas facile à travailler mais c’est une immense actrice ».


Plus d’étiquette possible. Audrey Tautou est un caméléon, aux multiples registres. Selon Pierre Salvadori, elle est
« Fantaisie », « humanité », « dureté », « aptitude comique ».

César du meilleur espoir féminin en 2000 pour Vénus Beauté, reconnue à l’échelle internationale grâce au Da Vinci Code (2006), la comédienne est pourtant farouche et avare de paroles. En 2006 elle a déclaré qu’ elle souhaitait faire une pause dans sa carrière après la sortie d’Ensemble c’est tout (Claude Berri), en mars 2007 et que « la célébrité ne la rend pas heureuse ». Audrey fine-bouche ? Un ovni dans le show-biz ? Irène, son personnage dans Hors de prix, est catégorique : « En vérité, j’aime pas l’caviar. Mais j’me force. Parce qu’on dit qu’en se forçant, on finit par aimer ».

° Hors de prix, de Pierre Salvadori, sorti le 13 décembre 2006. Avec Audrey Tautou, Gad Elmaleh, comédie, 1H43

 

 

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article