Un crédit d'impôt sur les récupérateurs d'eau

Publié le par Pauline Tattevin

Depuis le 1er janvier 2007, les particuliers qui installent un récupérateur d'eau de pluie, bénéficient d'un crédit d'impôt. Les Boissoles en profitent.

Joël et Marie-Claire Boissoles ont une cuve de 9 700 litres dans leur jardin, près de Rennes. Elle filtre et emmagasine l'eau de pluie. L'installation sert à arroser le jardin, à alimenter les toilettes et la machine à laver le linge.

 

Crédit d'impôt sur l'installation

 

« À l'origine, on n'a pas fait installer la cuve pour le crédit d'impôt », lance Joël Boissoles, un écologiste convaincu. Mais « pour en bénéficier, avoue son épouse, on a décalé le branchement à janvier ». La loi récompense désormais les équipements qui favorisent les économies d'énergie et le développement durable par un crédit d'impôt sur les revenus. Il est calculé sur le coût de l'installation. À condition que les dépenses soient réalisées entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2009. Cette astuce vaut aux Boissoles de prétendre au crédit d'impôt à hauteur de 25 % du prix de leur équipement. Pour eux, le montant portera sur 6 000 € (prix de la cuve et de la pompe).

 

Joël et Marie-Claire ont toujours eu envie d'investir dans un récupérateur d'eau. C'est leur rencontre avec Christian Demé, de l'entreprise Stock'eau, qui a accéléré les choses. Une fois le trou creusé, en décembre, dans un coin du jardin, les travaux ont pris une journée. Aujourd'hui, la cuve est invisible, jonchée de graviers et de fleurs de toutes les couleurs.

 

Le filtre indispensable

 

En temps normal, les Boissoles utilisent leur récupérateur d'eau de pluie pour arroser les 500 m2 de leur jardin, pour le fonctionnement de leurs deux WC, pour « nettoyer les bottes », « la voiture »... Et « le 1er mars, on a fait notre première lessive ! », s'enthousiasme Marie-Claire. Le couple de sexagénaires, tout sourire, s'extasie : « On n'a même plus besoin d'adoucissant ! La qualité du linge est super parce que l'eau n'est pas calcaire ! »

 

De fait, l'eau est filtrée deux fois, au niveau de la gouttière et de l'installation. C'est indispensable, selon Christian Demé, pour bénéficier du crédit d'impôt. Pour clarifier les choses, Joël Boissoles se rend dans son garage. Il se poste devant le mécanisme du récupérateur d'eau et actionne une à une différentes manettes, dont celle du purificateur.

 

« Ravis » de leur installation, les Boissoles avaient bien envisagé d'étendre son utilisation « au lave-vaisselle et à la douche. Mais ce n'est pas possible pour l'instant, alors on a mis ça en suspend ».

 

En attendant, ils ont tout bon. Non seulement ils sont éligibles au crédit d'impôt, mais ils font de grosses économies.

 

Joël et Marie-Claire évaluent leur consommation d'eau à 90 m3 par an. Fin 2007, ils auront utilisé environ 42 m3 d'eau de pluie. Soit une économie de près de 40 % sur leur facture annuelle.

 

 

Pauline TATTEVIN.
paru dans Ouest-France, le 3 septembre 2007

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article